Der Verein zur Förderung der Internationalen
Jugendbegegnung in Solingen e.V.

DeEnFr

Bienvenue

Historique

29 mai 1993 Jour de l’incendie criminel qui frappe une maison de Solingen, dans la \\\"Untere Wernerstrasse\\\", à proximité du centre ville. Dans cette maison habite depuis plusieurs années une famille turque : les Genç. Le jour de l’incendie, ils hébergent en plus deux jeunes de leur famille de Turquie.
Un mélange de haine, d’alcool et d’aveuglement xénophobe conduit au désastre :


cinq filles perdent la vie dans l’incendie et un jeune garçon subit des brûlures telles qu’elles doivent encore être traitées aujourd’hui.
Solingen, jusqu’alors reconnue dans le monde entier pour ses marchandises sidérurgiques et sa coutellerie de grande qualité, sera désormais assimilée à la xénophobie et au racisme, dans la lignée de Hoyerswerda, Rostock ou Moelln.
Les semaines qui ont suivi l’attentat ont été marquées d’une part par l’embarras, l’effroi et le deuil ; mais d’autre part par des protestations, des manifestations et même par des batailles de rue. Pendant ces semaines est aussi née une volonté de communication, de réflexion, de cohésion et de dialogue.  L’association Interju est l’un de produits de cette réflexion. Elle a pour but de promouvoir la réunion et la mixité de la jeunesse internationale à Solingen.
Après l’attentat, la fondation Bertelsmann a fait don de millions de Deutschmarks. Une partie de cet argent était destinée à la famille Genç. L’autre partie a servi à la création d’un mémorial vivant, Interju. Cet endroit  favorise l’échange et la réunion d’enfants et de jeunes d’origines, de nationalités, de religion et de cultures différentes. À cette fin, l’association a été le fruit de l’union des différentes structures en activité dans le secteur jeunesse, social et de la migration. Cinq représentants d’associations caritatives importantes, du conseil consultatif étranger, de la ville de Solingen et du cercle de la jeunesse urbaine ont fondé l’association Interju. Sa place a rapidement été trouvée : au cœur du quartier Solingen-Ohligs, une maison qui a déjà été utilisée par la ville pour différents buts. Le premier ministre du Land Rhénanie du nord/Westphalie de l’époque, Johannes Rau, a obtenu une subvention nationale pour la transformation et l’installation de la nouvelle structure. Le 24 juillet 1995, ce lieu de réunion de la jeunesse internationale a pu être solennellement ouvert, en présence du président du Conseil, du président de la fondation Bertelsmann Markus Woessner et du couple Genç.
Depuis, l’association a vécu des jours turbulents. Mais un lieu de rencontre de gens de nationalités et de générations différentes  a pu s’établir à Interju. Chaque jour, 80 à 150 personnes de 3 à 85 ans visitent notre structure.